Ces contenus explicites sont à destination des adultes

Pour accéder à ctrlX, je certifie avoir plus de 18 ans.

Aime-moi, désire-moi (pour toujours) — ctrl-X

Aime-moi, désire-moi (pour toujours)

Le temps passe et nous sommes toujours amoureux. Mieux que ça: nous y avons réfléchi, nous en avons parlé, et nous avons mis en oeuvre des plans d’action pour défier le temps: retrouvailles secrètes dans un bel hôtel pour l’anniversaire de notre rencontre, partage de news érotiques, cadeaux « coquins » (nous qui détestons ce mot nous demandons toujours par quoi le remplacer).

Le temps passe, et très franchement, nous n’avons pas à nous plaindre. Nous nous aimons. Nous nous désirons. Ou à peu près. Parce qu’en fait, bon, on mâchonne un peu les mêmes plans, les mêmes envies. On a l’impression de ne pas se renouveler – une fatalité qui serait le prix à payer pour notre belle histoire d’amour.

Voila, en substance, le point de départ de la psychologue Esther Perel pour ce TedTalk sur le « désir dans une relation durable ». Parce que « l’amour moderne » n’est plus un simple « contrat économique » et que pour la première fois de son histoire, le couple doit inscrire son désir dans le temps, il doit aussi faire face à une dualité essentielle et s’arranger pour que cohabitent son goût pour la sécurité, le foyer, la stabilité, d’une part, et un besoin d’aventure, de voyage, d’ailleurs, de neuf.

 

La psychologue américaine a parcouru le monde avec une batterie de questions sur le désir dans le couple. Si elle n’en tire aucune formule magique, elle relève néanmoins des interstices à explorer, des situations favorables au désir – non, pas l’ascenseur ni la buanderie de votre belle-mère, plutôt des situations de vie dont il ne tient qu’à nous de prendre conscience. Un TedTalk avec de l’émotion et quelques vérités bien senties dedans. A regarder seul-e ou en couple.

Photos: Philippe Leroyer/Flickr. Série réalisée à l’événement kiss-in, à Paris, le 12 décembre 2009.: une manifestation gay ouverte aux hétéros au cours de laquelle quelque 200 personnes se sont embrassées.

 

Laisser un commentaire