Ces contenus explicites sont à destination des adultes

Pour accéder à ctrlX, je certifie avoir plus de 18 ans.

Dernier chic: la capote bio — ctrl-X

Dernier chic: la capote bio

Sur le marché des préservatifs aussi, on peut être totalement bio. C’est en tout cas le pari que relèvent de plus en plus de fabricants de capotes pour qui les quelque 5 milliards de préservatifs utilisés sur la planète chaque années représentent un danger pour notre environnement.

La plupart des capotes sont en effet fabriquées à partir de dérivés de pétrole (polyuréthane), et donc non biodégradables. Ajoutez à cela les perturbateurs endocriniens contenus dans de nombreux lubrifiants, et, bon, on a tout de suite moins envie de rigoler, non?

Le préservatif reste le moyen de protection (contre les IST, les grossesses indésirées) le plus efficace avec un taux de protection théorique grimpant à 98%, selon l’office du birth control américain – les chiffres chutent dès qu’on prend en compte les « mauvaises manips ».

Tirer un coup 100% bio, c’est possible. Et tellement chic grâce à l’intestin d’agneau. (Extrait de « Babe, le cochon devenu berger » de Chris Noonan)

Pourtant, les capotes bios sont rares. Pas sûr que vous en trouviez dans votre distributeur d’urgence à la pharmacie du coin. L’autoproclamé Roi de la capote n’en propose qu’une référence, et il faut se rendre sur des sites spécialisées tels que Green Condom, ou encore chez les suédois de RFSU ou les allemands de Fair Squared qui font dans le latex naturel (disponibles en France ici ou ). Autant dire que batifoler eco-friendly reste une tendance à amplifier dans la pratique autant que sur les marchés.

Comme manger des fraises ou des patates bios, pratiquer une sexualité respectueuse de l’environnement a un coût. Quelque 79 centimes l’unité chez Fair Squared, 1,29 euro chez Green Comdom, et on monte à 5,76 euros (« cinq euros et soixante-seize centimes », oui madame) l’unité chez Trojan, ce dernier étant « garanti en boyaux d’intestin d’agneau » (*).

Sûr qu’à ce prix-là, va falloir passer à la manucure fissa. Mais s’affirmer éco-responsable jusque dans son plumard, et ne pas craindre pour ça de s’enfiler de l’intestin de mouton, rien à dire: ça vous pose là, messieurs, côté classe. Alors n’hésitez plus: encapotez-vous bio.

 

(*) Préservatif masculin, vendu par dix.

Photos DR

 

 

 

 

Laisser un commentaire